Quels sont les avantages de la vente aux enchères ?

La vente aux enchères présente 3 grands avantages :

1. L’impartialité

Vis-à-vis de tous les héritiers dans le cadre d’une succession. Qui n’a jamais assisté à un conflit d’agences immobilières, chaque héritier ayant choisi « son » agence ?

– Vis-à-vis du notaire :

Elle permet d’éviter les soupçons de partialité, envers une agence, un héritier, un acquéreur potentiel… 

– Vis-à-vis de ses collaborateurs.

C’est le seul moyen d’acquérir un bien dépendant d’une succession en toute transparence ! 

2. La sécurité

Avec la vente aux enchères, pas de conditions suspensives en faveur de l’acquéreur ! 

Pas de problème d’obtention d’une offre de prêt, d’un permis de construire…

3. Le prix

La vente aux enchères permet souvent une vente à un meilleur prix qu’en agence.

Surtout pour les studios à PARIS, ils partent comme des petits pains !

 

Quel intérêt pour nous, notaires assistants ?

Sortir de la routine !

Assister à la vente aux enchères, un grand moment d’adrénaline.

Les émoluments, plus élevés que pour une vente classique !

 

Les petits plus de la vente aux enchères

– L’accueil de la Chambre des Notaires de PARIS, interlocutrices toujours disponibles et sympathiques !

– Les modèles d’acte en ligne (sur intranot).

 

La vente aux enchères présente-t-elle un inconvénient ?

Oui, le temps  pour y arriver !

Pour inscrire un bien à une vente aux enchères, il faut d’abord :

– que le bien soit expertisé,

– que les diagnostics soient établis,

– que la DIA soit purgée.

Ensuite, il faut inscrire la vente au planning de la Chambre (environ 2 mois avant).

Après l’adjudication, il convient d’attendre 45 jours pour obtenir le prix et le quittancer.

 

Comment procéder à une vente aux enchères ? 

La réponse en 10 points

  1. Faire expertiser le bien par le service de la Chambre des Notaires (remettre à la Chambre la désignation des biens, les clefs et le contrat d’expertise à faire signer par le client),
  2. Réceptionner (environ 3 semaines après) l’expertise, transmise avec la mise à prix conseillée par la Chambre (environ 20 % de moins que l’évaluation),
  3. Faire signer au vendeur la réquisition de mise en vente (avec le choix du mode de vente, mise à prix conseillée par la Chambre ou par le client/prix de réserve),
  4. Constituer le dossier comme une vente classique,
  5. Prendre rendez-vous avec la Chambre pour la date d’adjudication,
  6. Faire signer le cahier des charges au vendeur,
  7. Répondre aux appels des potentiels acquéreurs,
  8. Préparer le procès-verbal d’adjudication, le faire signer le jour J,
  9. Dans les 10 jours  de l’adjudication, signer le procès-verbal d’absence de surenchère (ou le constat de surenchère, ce qui entraîne une nouvelle vente aux enchères),
  10. Dans les 45 jours de la vente, signer l’acte de quittance du prix.
0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire